Les idées fausses sur les psy

Mon blog futile avait envie d’un peu de sérieux aujourd’hui, principalement pour contrer les idées fausses que j’entends chaque jour sur mon métier… Il existe un mythe du psychologue pour certains, une malédiction du psychologue pour d’autres : entre boule de cristal et divan, on est souvent bien loin de la réalité.

 

 

Je vous situe un contexte classique : une soirée entre amis, des gens qu’on ne connait pas, on discute jusqu’au moment où arrive la grande question incontournable « Et sinon tu fais quoi dans la vie ?« , là vous répondez innocemment que vous êtes psychologue. Et là 2 réactions diamétralement opposées : la fuite !! (euh… qu’est ce que j’ai dit de mal, ah oui je suis psychologue, bon la prochaine fois je réponds que j’ai arrêté mes études à 5 ans, pas de risque de déstabiliser l’auditoire comme ça, non ? si ? ah). L’autre alternative est la suivante : Ah ça tombe bien parce que la cousine de la copine du frère de ma tante elle a un problème et blablabla et blablabla (Ohhhh Ehhhh je suis en week end, celle là aurait mieux fait de fuir finalement !!) et puis impossible de travailler à distance (vous vous imaginez dire à un dentiste « Ah bah ça tombe bien parce que la cousine de la copine du frère de ma tante (encore elle???) elle a un point noir sur la 3ème dent au fond, qu’est ce que tu en penses ? »). C’est exactement pareil !!

 

 

Dans le cabiné du psy, pas de divan (ikéa c’était la sortie 3 sur l’autoroute) !! S’il vous plait !! On a des chaises, un bureau, personne n’est allongé (eh oui). Le mythe du divan est persistant et encore véhiculé par la télé (remarque ça permet de constater que les scénaristes et autres gens comme ça ne vont pas chez le psy).

 

Freud n’est pas un gourou ! Ce n’est pas parce qu’on est psy que nous sommes tous adeptes des théories de Freud ! Je n’adhère pas du tout à ses propos et préfère largement les théories aux fondements scientifiques bien ancrés. Je ne rentre pas dans le débat parce que c’est pas le lieu mais on arrête les psy = Freud = petit coeur rose à paillettes qui clignote !!

 

 

Tu fais quoi dans la vie ? (encore cette p***** de question)

Psychologue (et là je me prépare à l’histoire de la cousine de la copine et patata ou à l’interruption soudaine des programmes)

Wouah tu bosses avec des fous ! T’as pas peur ?

(oh la la, c’est moi qui fuis pour le coup !!)

 

Oh eh les gens ! Le bout’chou qui a perdu sa maman dans un accident, le cadre qui fait un burn-out parce que trop de boulots, l’ado qui a perdu ses repères, le couple qui a des difficultés relationnelles, la personne âgée qui sombre dans une dépression parce qu’elle sent ses capacités diminuer… Ceux la et tous les autres ne sont pas fous !! D’ailleurs, je conseillerais à beaucoup d’aller voir un psy. C’est l’endroit idéal pour déverser tout ce qu’on retient sans être jugé, une espèce de bulle isolée pour délivrer ses colères, ses peines, ses joies à un tiers qui ne vous jugera pas.

 

Un peu de sérieux dans ce monde de blog… A bientôt 🙂

Crème ultra riche corps *L’occitane*

IMG_3220

En matière de produits de beauté je suis plutôt du genre infidèle, je teste, je vagabonde, je reviens, je repars sauf pour deux choses : cette crème pour le corps « Crème ultra riche corps » de l’occitane et mon parfum (La petite robe noire de Guerlain).

Les + : Texture crémeuse j’adore, l’odeur est digne d’un parfum, elle reste sur le corps et est très agréable, elle hydrate très bien (même les zones très très sèches en une seule nuit, le pot dure longtemps, ça fait un an que je l’ai et je l’ai tout juste presque terminé. En crème post épilation / rasage je la recommande vivement, je n’ai plus de traces d’irritation depuis que je l’utilise (aussi) à cet effet. (Et c’est un détail mais le pot est trop mignon)

IMG_3219

Les – : je dirais son prix (mais comme j’ai fait une année avec, finalement c’est correct), ça laisse une odeur forte pendant longtemps alors si comme moi on aime l’odeur tout va bien, sinon bof bof (je vous conseille vraiment de la sentir avant), ça laisse la peau qui colle un moment (difficile d’hydrater les jambes et d’enfiler un pantalon dans la foulée).

IMG_3217

Qui a gagné la Be Trousse ?

Je me suis aperçue grâce à vos commentaires sur ce concours que je n’étais pas la seule à déplorer le coût des box à la mode comparé à son contenu. Mais pourquoi cette fureur ? Je dirais que le plus « rigolo » dans l’histoire c’est le côté surprise du contenu.

cadeaux1

Est ce que l’on pourrait suggérer à Be Trousse de nous sortir une Trousse à thème connu mais à contenu surprise ? Avec toujours entre 10 et 15 produits full size et pour le même prix ? On aurait ainsi la folie de la box mais la sécurité de ne pas être déçues. Non ??

IMG_3140

Bref, je m’égare.. Vous voulez savoir qui est la gagnante ? C’est Little princess qui a tiré au sort un petit papier (je l’ai fait à l’ancienne il y avait peu de participants). Latlis a du recevoir mon mail, j’attends ses coordonnées 😉 Félicitations à elle !!

Ces produits qu’on a détesté mais qu’on a recyclé :)

$(KGrHqZ,!pIFJVMeLW(mBS(wMMr5rQ~~60_12

Ce gel nettoyant visage était dans la BeTrousse que j’ai reçu il y a peu de temps, avec ses perles de Jojoba j’avais un apriori positif sur ce produit. Je n’ai pas la peau sensible du tout et elle a viré au rouge écarlate (ça a duré toute la matinée avant de s’atténuer un peu). Une vraie agression ! Je suis donc forcément extrêmement déçue, le contact avec le produit était pourtant hyper agréable. C’est en sortant de la douche que j’ai vu le cadeau bonus ! Au niveau de l’odeur : bof bof rien de très agréable.

IMG_3212IMG_3213On résume ?
* Contact agréable
* Odeur pas terrible
* Provoque des rougeurs sur peau non sensible

On recycle ? J’en ai fait un nettoyant / gommage pour les jambes (pré épilation) et pour le coup ça me convient plutôt bien 🙂 (dans mon tempérament je n’aime pas jeter des produits non finis alors soit je me force, soit je recycle)

Et vous ? Quels produits détestés mais recyclés ?

Lecture de la semaine * Les deux Messieurs de Bruxelles *

Thumb-2-MESSIEURS

Ce livre est une succession de cinq nouvelles qui, chacune dans leur genre, parlent surtout d’amour : l’homosexualité, l’amour fidèle qu’on peut éprouver pour un animal, l’amour maternelle, l’amour dans le couple.. Je classe ce livre dans la littérature plaisir, on y apprend pas grand chose (j’aime beaucoup les livres spirituels instruits et documentés à la base), le vocabulaire et les tournures de phrase sont simples, un livre de vacances / juste pour se vider la tête (ça fait beaucoup de bien aussi, je l’ai lu en 2 jours). Une lecture agréable mais loin du niveau de réflexion de Laurent Gounelle (précédente chronique). On y trouve néanmoins des sujets qui sont loin d’être légers : l’homosexualité, la notion de fidélité, le don d’organe, la mort, etc. C’est la première fois que je lisais E-E Schmitt et je suis tentée de lire ses autres livres (notamment Odette tout le monde).

Une petite citation juste pour le plaisir 
« Alors, bienvenue : l’Islande est le pays où tu devais naître.
Tu crois qu’on choisit, marraine ? Tu crois que notre âme survole le monde, l’observe et puis décide « Tiens, je vais descendre là, sur ce morceau de terre, dans cette famille, car ils me conviendront? »
Certains le prétendent. »

Quatrième de couverture
«En amour, on croit être deux alors qu’on est trois.»
Dans la lignée de Concerto à la mémoire d’un ange, La rêveuse d’Ostende et Odette Toulemonde, les nouvelles très romanesques d’Eric-Emmanuel Schmitt parlent de l’amour sous toutes ses formes?: conjugal, clandestin, paternel, filial, mais aussi amour de l’art ou amour de l’humanité. À travers un suspens subtil et ensorcelant, elles dépassent à chaque fois les apparences pour déjouer l’attendrissante complexité du cœur humain.

Lecture de la semaine * Le philosophe qui ne voulait pas être sage *

le-philosophe-qui-n-etait-pas-sage

Laurent Gounelle nous donne une grosse grosse claque avec son dernier roman, à l’autre bout du monde va se dérouler une histoire qui ne peut que nous remettre en question, remettre en question notre façon de vivre et la façon dont on nous l’impose. Pour venger sa compagne journaliste morte au milieu de la forêt Amazonienne, Sandro va s’y rendre et décider de punir cette tribu non sans une grande violence apparente mais en les privant de leur sérénité, de leur liberté.. Cette tribu insouciante va découvrir l’équivalent de notre journal télévisé (où n’y sont forcément rapportés que les évènements négatifs), l’angoisse du lendemain, le stress, l’individualisme, la consommation de produits inutiles, l’apparition des médicaments pour remplacer la médecine naturelle. Tout ce qui pollue nos vies d’occidentaux pas si heureux.. Je n’étais plus vraiment la même en refermant ce livre, je le conseille à quiconque veut réfléchir au fonctionnement de notre société sans se prendre la tête. Une fois de + je suis conquise par Laurent Gounelle. Ses romans sont extrêmement documentés, même si j’apprécie les lectures purement plaisir, un minimum d’instruction, de culture fait vraiment du bien.

Deux petites citations pour le plaisir
 » La meilleure manière de se venger des méchants c’est de ne pas se rendre semblable à eux »
 » Comme il est facile d’adhérer à une idée et complexe de l’intégrer dans sa vie, son ressenti, son comportement »

 » Cette histoire se déroule à l’autre bout du monde, et pourtant c’est une histoire sur nous, notre société, cette société qui a façonné malgré nous nos esprits et nos habitudes de vie. J’avais envie d’inviter chacun de nous à une prise de conscience, et oser la question : est-ce vraiment ce que nous voulons ?  » Laurent Gounelle